Centre de Référence en Santé Mentale

Repères pour une politique wallonne de santé mentale

Afin de travailler sur une vision politique à long terme en santé mentale en Wallonie et à l’invitation du Cabinet du Ministre wallon de la Santé, le CRéSaM a mis en place un dispositif ayant pour objectif de proposer des repères pour une politique wallonne de santé mentale.
En tant que Centre de référence en santé mentale, le CRéSaM souhaite ainsi inspirer la prise de décisions et les orientations politiques en santé mentale en Wallonie en s’appuyant sur les acteurs de terrain.

La démarche s’appuie sur des experts du secteur de la Santé Mentale, des secteurs connexes, des universités, des administrations et de la société civile, usagers et professionnels, dans le but de dégager les éléments de consensus et de pointer les éléments de désaccord.
Pour ce faire, le CRéSaM a opté pour la méthode Delphi, visant à organiser la consultation d’experts désignés via une série d’interrogations successives.

Le rapport, fruit de la richesse des réponses proposées par les 66 experts engagés au sein du projet, constitue un recueil de besoins et de pistes d’action concernant diverses thématiques importantes en santé mentale.

Au sein de celui-ci, le CRéSaM relaie largement l’ensemble des constats et propositions tels qu’exprimés dans l’espoir qu’ils puissent inspirer les orientations futures dans les soins en santé mentale, au bénéfice des usagers. L’objectif est qu’ils puissent être concrétisés en termes d’organisation de l’offre et d’attribution de moyens, et traduits dans des cadres législatifs appropriés.

Étant donné le caractère éminemment transectoriel du champ de la santé mentale, si on considère l’ensemble des déterminants de la santé mentale, ces repères s’adressent non seulement à l’Autorité régionale en charge de cette matière, mais aussi aux différentes Autorités en charge des secteurs évoqués dans ce document. D’autant plus que les conférences interministérielles relatives à la réforme des soins de santé mentale pour adultes et à la nouvelle politique de santé mentale pour enfants et adolescents impliquent une responsabilité à tous les niveaux de pouvoir.

Il y va de la responsabilité de chacun d’attirer l’attention des différentes compétences politiques et des différents niveaux de pouvoir (communaux, régionaux et fédéraux) quant aux incontournables repères pour une politique de santé mentale.

Pour en savoir plus
♦ Vanderlinden A., Repères pour une politique wallonne de santé mentale. Namur, CRéSaM, 2018

Contact
Alexis Vanderlinden – 081/25.31.41 – a.vanderlinden@cresam.be