Cresam Logo

    Présentation

  • « Un Service de santé mentale (SSM) est une structure ambulatoire qui, par une approche pluridisciplinaire, répond aux difficultés psychiques ou psychologiques de la population du territoire qu’il dessert ». (art. 540 du Code wallon de l’action sociale et de la santé)

    Une équipe pluridisciplinaire

    Le travail du service de santé mentale repose sur une équipe pluridisciplinaire qui assure les fonctions psychiatrique, psychologique, sociale, d’accueil et de secrétariat.

    L’ensemble de l’équipe est encadrée par une direction administrative et assistée d’une direction thérapeutique.

    La pluridisciplinarité garantit des approches différentes et complémentaires tant dans la prise en charge que dans la réflexion globale sur la santé mentale.

    Selon le projet défini par le service, d’autres disciplines peuvent également compléter l’équipe de base, par exemple : la médecine, les soins infirmiers, la pédagogie, la sociologie, la criminologie, la psychomotricité, la logopédie ou l’ergothérapie.

    Un accueil, une aide et des soins

    Le service de santé mentale reçoit des demandes liées à des difficultés psychiques ou psychologiques et y répond de manière adaptée et spécifique.

    Ainsi, au sein de chaque service de santé mentale, une permanence d’accueil est assurée durant les heures d’ouverture. Elle permet à l’usager de prendre contact et/ou d’être accueilli dans les locaux du service.

    En dehors de ces heures, un répondeur communique un message d’accueil et d’orientation et permet l’enregistrement d’un message.

    Chaque demande est examinée par l’équipe lors de la concertation pluridisciplinaire en vue de proposer une réponse la plus adéquate possible.

    Différents types d’interventions sont possibles :
    - un conseil ou une orientation ;
    - des examens et diagnostics ;
    - un accompagnement ou un soutien psychosocial ;
    - des entretiens avec l’entourage, la famille, les proches,… ;
    - une collaboration avec d’autres professionnels concernés par la situation ;
    - des thérapies individuelles, de couple, familiales, … ;
    - des rééducations et thérapies à média (par exemple : logopédie, psychomotricité, ergothérapie, thérapie du développement psychomoteur, …) ;
    - un traitement médicamenteux ;
    - des activités de groupe.

    Ces réponses peuvent se combiner l’une l’autre. Elles s’inscrivent dans des processus à court, moyen ou long terme, via des consultations ponctuelles ou récurrentes.

    Pour chaque usager, un membre de l’équipe assure une fonction de liaison « chargée de coordonner les interventions, garantir les décisions prises et soutenir l’ensemble du processus. » (art. 546 du Code).

    Des activités accessoires

    Le SSM a la possibilité de réaliser des actions d’information, de supervision et de formation au bénéfice d’autres professionnels ainsi que des expertises (à la demande de l’usager à destination de tiers). (Article 546 du Code).

    Une place particulière dans le réseau

    Le service de santé mentale s’inscrit dans un réseau et travaille en collaboration avec de nombreux partenaires provenant des champs psychiatrique, psycho-médico-social, judiciaire, ...

    Par réseau, le décret entend « l’ensemble des professionnels, quel que soit leur secteur d’activités, ou non professionnels qui interviennent de façon simultanée ou successive au bénéfice de l’usager ou d’une situation, dans un partenariat effectif définissant un fonctionnement, une finalité et des objectifs communs » (art.552§1 du Code).

    Ce réseau est renforcé via des concertations institutionnelles (collaborations entre institutions) auxquelles participent les SSM.

    Dans le réseau des services de santé mentale, on peut retrouver, par exemple :
    - des structures psychiatriques : services hospitaliers et ambulatoires,…
    - le réseau médical : médecins généralistes et spécialistes,…
    - le réseau scolaire : écoles (enseignement ordinaire ou spécialisé), PMS, PSE (promotion santé à l’école), associations de parents ou entreprises d’apprentissage professionnel,…
    - le champ de la petite enfance : travailleurs psycho-médico-sociaux de l’ONE, consultations nourrissons, crèches, gardiennes encadrées, maisons d’enfants, pédiatres,...
    - les structures judiciaires : maison de justice, parquet, tribunal ou barreau
    - le secteur social : CPAS (Centre Public d’Action Sociale), services d’aide aux familles et aux personnes âgées, services sociaux locaux, services de soins à domicile, structures liées à l’emploi et au chômage,…
    - les institutions pour personnes handicapées : SAJJ (Services d’Accueil de Jour pour Jeunes), SRJ (Services résidentiels pour Jeunes), institutions pour adultes, centres de jour, services de placement d’enfants, d’accueil,…
    - l’aide à la jeunesse